Seine-Saint-Denis Acueil Seine-et-Marne Val-de-Marne

GRETA : une réforme qui tarde !

Après de nombreuses sollicitations du Sgen-CFDT au regard des lenteurs de mise en place, le ministère a enfin réuni, le 17 mars, le Comité national de suivi de la réforme des Greta (CNS) et les organisations syndicales (le dernier CNS s’était tenu en juin 2014, mais il est désormais prévu qu’il se réunisse trois fois dans l’année : (en mars, juin et octobre).
Pour le Sgen-CFDT, la réforme des Greta n’apporte pour l’instant rien aux personnels, et les améliorations visées en matière de gestion RH et de pilotage ne sont pas au rendez-vous. Non seulement les personnels sont très peu associés à la mise en place de la réforme, mais en plus, dans certains Greta, les décisions prises à leur encontre sont inacceptables. Ils sont donc inquiets, sentiment renforcé par le manque de communication de l’administration quant aux enjeux de cette réforme aux niveaux national et académique, et dans les Greta mêmes. Finalement, la réforme n’est visible qu’au gré des regroupements entre Greta dans certaines académies.
Le Sgen-CFDT est intervenu pour signaler le non-respect du protocole de mise en œuvre de la réforme dans certaines académies (notamment en Corse…), et pour exiger :


• de maintenir – en attendant les avancées du groupe de travail sur les métiers de la formation continue – des conditions acceptables et respectueuses des textes existants ;
• que les représentants des personnels bénéficient d’un statut tel que défi dans le code du travail, mais aussi de moyens (temps, moyens de communication, autorisations de déplacements...), d’une protection de leur emploi, et qu’ils ne soient pas victimes de discriminations syndicales ; en effet, les personnels des Greta, majoritairement contractuels, ont besoin de ce statut pour être des acteurs dans leur structure ; c’est également nécessaire pour placer les collègues dans une dynamique de dialogue social ;
• que les personnels des Greta puissent systématiquement recourir aux CHSCT et bénéfiier des mesures prises pour les autres personnels de l’Éducation nationale ;
• que la composition et les compétences de la commission des personnels en Greta soient clarifies.
Le Sgen-CFDT a également demandé ce qui était fait pour garantir que les fonds mutualisés des Greta (désormais gérés par les GIP FCIP) soient strictement utilisés au bénéfice des Greta. Le ministère nous a alors signalé que le principe de fonds affectés mentionné dans l’arrêté n’avait plus cours et qu’il serait remplacé à l’occasion d’une nouvelle disposition.
Lors de ce comité, le Sgen-CFDT a pu noter des avancées relatives au pilotage et à la place de la mission de formation des adultes dans l’Éducation nationale :
• Une mission de l’inspection générale est en cours pour évaluer la mise en œuvre de la réforme dans toutes les académies. Pour le Sgen-CFDT, cette mission est une réponse au déficit de pilotage national et aux nombreux dysfonctionnements repérés dans les académies. Le Sgen-CFDT a insisté pour que soit examinée de près l’organisation mise en place pour la gestion des personnels au niveau national, au niveau académique et par les Greta, et pour sa mise en conformité avec la réglementation existante.
• Une enquête nationale sur les caractéristiques socio-professionnelles des personnels des Greta est en cours. Cette avancée est une réponse aux nombreuses sollicitations du Sgen-CFDT et des autres organisations syndicales
pour recueillir des données sociales spécifiques sur les personnels des Greta en les distinguant des personnels du second degré (type de contrat, ancienneté, âge...).
• Par ailleurs, a été évoquée : la publication prochaine des guides RH qui seront accessibles à tous (recrutement, congés et absences, rémunérations…).
Enfin, le Sgen-CFDT est satisfait de constater que le ministère veut un véritable pilotage de la formation continue d’adulte, qu’il se donne les moyens de recueillir des informations sur les personnels des Greta et qu’il évalue la mise en place de la réforme dans les académies.
Si le protocole de 2012 avait été appliqué à la lettre, les personnels auraient gagné une année. Le Sgen-CFDT sera vigilant à ce que les mesures annoncées, concernant avant tout une méthode de travail, visent à effectivement améliorer les conditions de travail de tous les agents et que l’on mette enfi un terme aux dérives constatées.

ImprimerE-mail