Seine-Saint-Denis Acueil Seine-et-Marne Val-de-Marne

Paie de janvier : la balle dans le pied

La fin du mois de janvier arrive et avec elle la première paie de l’année. Une paie un peu particulière puisqu’elle devait constituer la première étape dans l’application de l’accord PPCR qui doit permettre entre autres une revalorisation des carrières. PPCR, c’est d’ici 2020, 5 milliards d’euros en plus pour les fonctionnaires et les premiers millions devaient arriver via la paie de janvier sous la forme d’une hausse de la grille indiciaire.

Ce n’est pas pour tout de suite malheureusement. Des difficultés informatiques ont conduit le ministère à dissocier la hausse prévue en plusieurs étapes (le détail est ici) et elle ne sera complète qu’à la fin mars, date à laquelle sera aussi versé rétroactivement ce qui aurait dû l’être en janvier et en février. Pour le dire plus clairement, la vétusté des systèmes informatiques gérant la paie des personnels du ministère est telle qu’une hausse sur l’ensemble des paies au mois de janvier risquait d’entrainer un bug total … et une absence de paie pour les personnels ! Une situation dramatique qu’il fallait à tout prix éviter.

Le principe de précaution a donc été appliqué, sans doute à juste titre. Mais quelle impression désastreuse! Difficile de ne pas penser que le ministère se tire lui-même une balle dans le pied. Surtout que la paie de janvier s’accompagne d’une augmentation de la retenue pour la pension civile et, pour beaucoup de personnels, de l’application des nouveaux tarifs de la MGEN. Deux éléments qui n’ont rien à voir avec le ministère mais donnent l’impression que la hausse promise (à laquelle doit s’ajouter celle du point d’indice en février) s’est transformée en baisse sur la fiche de paie. Il n’y a pas mieux pour dérouler, au moins temporairement, le tapis rouge à tous ceux qui clament que tout va toujours plus mal, qui se complaisent dans les rhétoriques complotistes et hurlent sans cesse, contre toute logique, que l’accord PPCR ne constitue pas une revalorisation.

Le Sgen-CFDT étudie les politiques menées avec rigueur et sans a priori idéologique. Il se montre critique quand il estime qu’elles ne vont pas dans le bon sens. Mais il sait aussi reconnaître les avancées obtenues. Il va sans dire que de tels contre-temps, conséquences de décennies de sous-investissement dans des secteurs clés du ministère, rendent sa tâche bien difficile face aux porteurs d’apocalypse et de post-vérité qui surfent sans vergogne sur les inquiétudes des collègues. Notre agacement en cette fin janvier est donc grand. Mais nous tenons à rappeler que la revalorisation annoncée aura bien lieu… avec un peu de retard.

ImprimerE-mail