Seine-Saint-Denis Acueil Seine-et-Marne Val-de-Marne

  • Mutations intra-académiques du 2nd degré

    Du 13 au 29 mars le serveur pour les mutations intra sera ouvert à Créteil. Pour vous guider, vous pouvez consulter nos articles sur le sujet. Vous pouvez retrouver ici les barres de l'an dernier.

    Pour bénéficier du suivi de nos élus vous pouvez créer un compte et compléter une fiche de mutation sur Sgen+

     


  • Lycées et éducation prioritaire : pour y voir clair

    Alors que la réforme de l’éducation prioritaire en 2014 a apporté davantage de lisibilité sur la situation des écoles et des collèges, celle des lycées demeure particulièrement floue.  C’est l’une des sources de la mobilisation qui se développe aujourd’hui dans certains lycées. Nous vous proposons un point pour y voir plus clair... et revendiquer efficacement.

  • Des questions sur votre carrière ? Essayez le nouveau Sgen +

    Sgen + a fait peau neuve cet été. Au programme toujours plus d'informations sur toutes les questions que vous vous posez sur votre carrière. Essayez, c'est ici
  • Evaluation, revalorisation : on en est où?

    - Dans le cadre de l’accord PPCR, le ministère vient de dévoiler le projet de réforme de l’évaluation des enseignants, en négociations depuis plusieurs mois. Alors, que faut-il en penser ?

     - Par ailleurs les éléments liés à la revalorisation entre autres commencent à se préciser. Pour découvrir votre future grille de salaire, quelle que soit votre catégorie et plein d'autres choses c'est ici.

  • Stagiaires, l'essentiel à savoir

    Statut, avancement, carrière, indemnités : le b-a ba du stagiaire est à lire ici sur la nouvelle version de notre site Sgen +.

    Retrouvez toutes les infos sur l'entrée dans le métier ici.

     

  •     Nouveaux programmes

    Un arrêté publié au J.O. du 24 novembre publie les nouveaux programmes des cycles 2, 3 et 4. Le texte n'est pas annexé mais vous pouvez retrouver les programmes officiels ici: cycle 2, cycle 3 et cycle 4.





  • Toutes les newsletters: cliquer ici

    Vous pouvez vous y abonner, vous la recevrez alors tous les 15 jours par courrier électronique. 
    Pour cela, descendez en bas de la newsletter,
    entrez votre adresse électronique,  cliquez sur  et c'est dans la poche

Intersectionnalité : dépassionnons le débat

Le plan académique de formation de l'académie de Créteil annonçait jusqu'à il y a peu la possibilité pour les professeur.e.s qui le souhaitaient d'assister à un colloque organisé par l'UPEC sur la question des discriminations intersectionnelles ("Penser l'intersectionnalité dans les recherches en éducation; enquête, terrains, théories").
Il s'agit "d'interroger comment les rapports sociaux de classe, de race, de sexe s'entremêlent", le mot "race" étant entendu dans son acception sociologique. Ce colloque se tiendra à Bonneuil-sur-Marne, dans les locaux de l'ESPE les 18 et 19 mai prochain.

rapports sociaux, race, classe, sexe, discriminations intersectionnelles, académie de CréteilSuite à des pressions extérieures le déroulement du colloque a un temps été menacé en raison de potentiels troubles à l'ordre public. S'il est acquis, depuis le vendredi 5 mai, que le colloque sera maintenu, les professeurs initialement retenus pour cette formation par la voie du PAF n'ont finalement pas reçu de convocation et ne pourront y assister.
Une nouvelle formation semble par contre être prévue le 26 juin.
Un article du Parisien daté du 26/04 reprend les événements qui ont conduit à cette situation étrange. Le manque d'informations sur le sujet n'a pas facilite  la compréhension de ce qui se passe par les collègues ni permit d'apaiser les esprits.  Le changement de date de la formation perturbe le calendrier de chacun et soulève des interrogations. Quelle organisation? Quels intervenants ? Quelle disponibilité des collègues à cette date ?

En tout état de cause, il n'est pas acceptable que les personnels de l'Education Nationale et de l'Enseignement Supérieur subissent des pressions, d’où qu’elles viennent, concernant les formations proposées. Ce colloque, validé depuis des mois par les autorités académiques doit être ouvert aux enseignant.e.s qui ont souhaité pouvoir en bénéficier, sans tenir compte des ingérences idéologiques extérieures.

Le Sgen-Cfdt de l’académie de Créteil restera vigilant sur ces questions : le travail des universitaires, de l'ESPE et des professeur.e.s doit se faire dans la sérénité, et les instances académiques n'ont pas à subir de pression quant aux choix de formation qui sont faits.

 

ImprimerE-mail

Évaluation Professionnelle ◄► Accompagnement Professionnel  ▬ Regard d'un inspecteur

évaluation professionnelle Dans notre article "Revalorisation des salaires mais aussi...", nous vous parlions, pour les enseignants, COPSY et CPE de :
➩ Modalités d’évaluation professionnelle rénovées.
➩ Mise en place d’un accompagnement professionnel pour tout le monde.
Philippe Guizard est Inspecteur Pédagogique Régional (IPR) d'histoire-géographie dans l'académie de Montpellier. Il  ne regrette pas l’ancienne évaluation qui donnait lieu à une notation et qui n’était satisfaisante ni pour les enseignants, ni pour les inspecteurs.

Plus de 1000 professeurs inspectés

En une quinzaine d'années, Philippe a inspecté plus d'un millier de professeurs.
Il appréciait le côté "aller dans la classe, observer et en discuter ensuite avec le professeur".
Par contre le côté "évaluation avec des grilles, des notes au point près" le rebutait. C'était, selon lui, infantilisant et pas très utile.
Il voit donc d'un bon oeil le découplage entre évaluation et accompagnement des équipes.

Une autre manière de travailler ensemble

Grâce à cette réforme, il estime que les professeurs pourront travailler avec l'inspecteur d'une manière plus décontractée et franche.
Il pense que le professeur, par le document qu'il pourra rédiger avant l'évaluation, aura l'occasion de mettre en avant les problématiques qui le questionnent.

Double regard Inspecteur et Personnel de direction

Dans le second degré, ce double regard est prévu par la réforme pour les "rendez-vous de carrière".
Philippe pense que c'est intéressant car les deux regards sont complémentaires.
Ceci dit, il faut que les deux corps de métier réfléchissent ensemble pour construire ce double regard.




Lire aussi
  
déconnecter l'évaluation de l'accompagnement
Dossier : l'évaluation des enseignants
La réforme de l'évaluation des enseignants


ImprimerE-mail

Paie de janvier : la balle dans le pied

La fin du mois de janvier arrive et avec elle la première paie de l’année. Une paie un peu particulière puisqu’elle devait constituer la première étape dans l’application de l’accord PPCR qui doit permettre entre autres une revalorisation des carrières. PPCR, c’est d’ici 2020, 5 milliards d’euros en plus pour les fonctionnaires et les premiers millions devaient arriver via la paie de janvier sous la forme d’une hausse de la grille indiciaire.

Ce n’est pas pour tout de suite malheureusement. Des difficultés informatiques ont conduit le ministère à dissocier la hausse prévue en plusieurs étapes (le détail est ici) et elle ne sera complète qu’à la fin mars, date à laquelle sera aussi versé rétroactivement ce qui aurait dû l’être en janvier et en février. Pour le dire plus clairement, la vétusté des systèmes informatiques gérant la paie des personnels du ministère est telle qu’une hausse sur l’ensemble des paies au mois de janvier risquait d’entrainer un bug total … et une absence de paie pour les personnels ! Une situation dramatique qu’il fallait à tout prix éviter.

Le principe de précaution a donc été appliqué, sans doute à juste titre. Mais quelle impression désastreuse! Difficile de ne pas penser que le ministère se tire lui-même une balle dans le pied. Surtout que la paie de janvier s’accompagne d’une augmentation de la retenue pour la pension civile et, pour beaucoup de personnels, de l’application des nouveaux tarifs de la MGEN. Deux éléments qui n’ont rien à voir avec le ministère mais donnent l’impression que la hausse promise (à laquelle doit s’ajouter celle du point d’indice en février) s’est transformée en baisse sur la fiche de paie. Il n’y a pas mieux pour dérouler, au moins temporairement, le tapis rouge à tous ceux qui clament que tout va toujours plus mal, qui se complaisent dans les rhétoriques complotistes et hurlent sans cesse, contre toute logique, que l’accord PPCR ne constitue pas une revalorisation.

Le Sgen-CFDT étudie les politiques menées avec rigueur et sans a priori idéologique. Il se montre critique quand il estime qu’elles ne vont pas dans le bon sens. Mais il sait aussi reconnaître les avancées obtenues. Il va sans dire que de tels contre-temps, conséquences de décennies de sous-investissement dans des secteurs clés du ministère, rendent sa tâche bien difficile face aux porteurs d’apocalypse et de post-vérité qui surfent sans vergogne sur les inquiétudes des collègues. Notre agacement en cette fin janvier est donc grand. Mais nous tenons à rappeler que la revalorisation annoncée aura bien lieu… avec un peu de retard.

ImprimerE-mail

Rentrée 2017 dans l'académie de Créteil : analyses et revendications du Sgen-CFDT

Rentrée 2017 : un effort inédit.

En effet, à l’augmentation significative du nombre d’élèves tant dans le premier que dans le second degré, correspond un effort important quant aux créations de postes :

- 750 postes créés dans le premier degré dont 500 pour la Seine-Saint-Denis, 160 pour le Val-de-Marne, 90 pour la Seine-et-Marne en corrélation avec les réalités sociales de ces territoires et avec un rééquilibrage du P/E en faveur de la Seine et Marne.

- 560 postes créés dans le second degré avec un H/E qui ne se dégrade pas et élément important qui prouve l’importance de cet effort : la baisse, enfin, de la part des HSA/IMP par rapport aux heures postes.

Quant aux autres catégories de personnels, quelques bonnes nouvelles là aussi!

Réjouissons-nous :

- de la création des 15 postes de CPE pouvant ainsi permettre la satisfaction de demandes locales légitimes

- de la création de postes de personnel infirmier.

- d’un équilibre entre la création des postes administratifs en EPLE et dans les services.


Deux bémols !

- l’absence de création de postes d’ASSED. Au moins faudrait-il revoir les règles du remplacement des ASSED en arrêt de longue durée en supprimant la durée de carence (actuellement de 21 jours) et en revenant au moins à un taux de 0,5 et non de 0,41 pour le remplacement d’un temps plein. En effet, certaines équipes de vie scolaire peuvent être fragilisées et donc le climat scolaire dégradé faute de moyens de remplacement conséquents.
- la fermeture de trois CIO en Seine Saint Denis alors qu’avec l’intersyndicale nous revendiquons aucune fermeture de CIO !

 Nos revendications pour l’avenir immédiat et sur le moyen terme :

lycées en éducation prioritaire : nous ne revendiquons pas de labellisation mais la prise en compte précise, dans leur dotation, au plus près des besoins, de la situation de ces 50 lycées parmi les moins favorisés.

formation et suivi des équipes : avec la fin du doublement, désormais à tous les niveaux du système, l’adaptation des équipes à ce changement de culture exige une formation. Le suivi et l’accompagnement pédagogique doivent devenir effectifs. L’AP mérite un effort de formation d’autant plus important qu’il a été le grand sacrifié des formations dispensées à tous les personnels. Cette exigence vaut bien sûr aussi pour la mise en place de la réforme des collèges.

- des moyens pour l’ESPÉ : nous sommes soucieux pour notre académie qui accueille des personnels stagiaires en grand nombre. Il faut leur garantir, à tous, une formation initiale. Il en va de la qualité du service public et de l’accompagnement indispensable des personnels dans leur entrée dans les métiers.

- écoute des personnels : le Sgen-CFDT partage l’audace et la philosophie des changements mais ces changements ne doivent pas mettre les personnels, notamment dans le premier degré et la voie professionnelle, dans la difficulté. Le Sgen-CFDT revendique une écoute accrue des collègues de l’académie.

- conditions de travail : la Refondation de l’Ecole dont nous partageons les objectifs ne doit pas, par précipitation, par manque de formation ou d’anticipation, dégrader les conditions de travail de l’ensemble de tous les personnels de notre académie.

ImprimerE-mail

A la une

Mai 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31