Seine-Saint-Denis Acueil Seine-et-Marne Val-de-Marne

  • Mutations intra-académiques du 2nd degré

    Du 13 au 29 mars le serveur pour les mutations intra sera ouvert à Créteil. Pour vous guider, vous pouvez consulter nos articles sur le sujet. Vous pouvez retrouver ici les barres de l'an dernier.

    Pour bénéficier du suivi de nos élus vous pouvez créer un compte et compléter une fiche de mutation sur Sgen+

     


  • Lycées et éducation prioritaire : pour y voir clair

    Alors que la réforme de l’éducation prioritaire en 2014 a apporté davantage de lisibilité sur la situation des écoles et des collèges, celle des lycées demeure particulièrement floue.  C’est l’une des sources de la mobilisation qui se développe aujourd’hui dans certains lycées. Nous vous proposons un point pour y voir plus clair... et revendiquer efficacement.

  • Des questions sur votre carrière ? Essayez le nouveau Sgen +

    Sgen + a fait peau neuve cet été. Au programme toujours plus d'informations sur toutes les questions que vous vous posez sur votre carrière. Essayez, c'est ici
  • Evaluation, revalorisation : on en est où?

    - Dans le cadre de l’accord PPCR, le ministère vient de dévoiler le projet de réforme de l’évaluation des enseignants, en négociations depuis plusieurs mois. Alors, que faut-il en penser ?

     - Par ailleurs les éléments liés à la revalorisation entre autres commencent à se préciser. Pour découvrir votre future grille de salaire, quelle que soit votre catégorie et plein d'autres choses c'est ici.

  • Stagiaires, l'essentiel à savoir

    Statut, avancement, carrière, indemnités : le b-a ba du stagiaire est à lire ici sur la nouvelle version de notre site Sgen +.

    Retrouvez toutes les infos sur l'entrée dans le métier ici.

     

  •     Nouveaux programmes

    Un arrêté publié au J.O. du 24 novembre publie les nouveaux programmes des cycles 2, 3 et 4. Le texte n'est pas annexé mais vous pouvez retrouver les programmes officiels ici: cycle 2, cycle 3 et cycle 4.





  • Toutes les newsletters: cliquer ici

    Vous pouvez vous y abonner, vous la recevrez alors tous les 15 jours par courrier électronique. 
    Pour cela, descendez en bas de la newsletter,
    entrez votre adresse électronique,  cliquez sur  et c'est dans la poche

Évaluation Professionnelle ◄► Accompagnement Professionnel  ▬ Regard d'un inspecteur

évaluation professionnelle Dans notre article "Revalorisation des salaires mais aussi...", nous vous parlions, pour les enseignants, COPSY et CPE de :
➩ Modalités d’évaluation professionnelle rénovées.
➩ Mise en place d’un accompagnement professionnel pour tout le monde.
Philippe Guizard est Inspecteur Pédagogique Régional (IPR) d'histoire-géographie dans l'académie de Montpellier. Il  ne regrette pas l’ancienne évaluation qui donnait lieu à une notation et qui n’était satisfaisante ni pour les enseignants, ni pour les inspecteurs.

Plus de 1000 professeurs inspectés

En une quinzaine d'années, Philippe a inspecté plus d'un millier de professeurs.
Il appréciait le côté "aller dans la classe, observer et en discuter ensuite avec le professeur".
Par contre le côté "évaluation avec des grilles, des notes au point près" le rebutait. C'était, selon lui, infantilisant et pas très utile.
Il voit donc d'un bon oeil le découplage entre évaluation et accompagnement des équipes.

Une autre manière de travailler ensemble

Grâce à cette réforme, il estime que les professeurs pourront travailler avec l'inspecteur d'une manière plus décontractée et franche.
Il pense que le professeur, par le document qu'il pourra rédiger avant l'évaluation, aura l'occasion de mettre en avant les problématiques qui le questionnent.

Double regard Inspecteur et Personnel de direction

Dans le second degré, ce double regard est prévu par la réforme pour les "rendez-vous de carrière".
Philippe pense que c'est intéressant car les deux regards sont complémentaires.
Ceci dit, il faut que les deux corps de métier réfléchissent ensemble pour construire ce double regard.




Lire aussi
  
déconnecter l'évaluation de l'accompagnement
Dossier : l'évaluation des enseignants
La réforme de l'évaluation des enseignants


ImprimerE-mail

Paie de janvier : la balle dans le pied

La fin du mois de janvier arrive et avec elle la première paie de l’année. Une paie un peu particulière puisqu’elle devait constituer la première étape dans l’application de l’accord PPCR qui doit permettre entre autres une revalorisation des carrières. PPCR, c’est d’ici 2020, 5 milliards d’euros en plus pour les fonctionnaires et les premiers millions devaient arriver via la paie de janvier sous la forme d’une hausse de la grille indiciaire.

Ce n’est pas pour tout de suite malheureusement. Des difficultés informatiques ont conduit le ministère à dissocier la hausse prévue en plusieurs étapes (le détail est ici) et elle ne sera complète qu’à la fin mars, date à laquelle sera aussi versé rétroactivement ce qui aurait dû l’être en janvier et en février. Pour le dire plus clairement, la vétusté des systèmes informatiques gérant la paie des personnels du ministère est telle qu’une hausse sur l’ensemble des paies au mois de janvier risquait d’entrainer un bug total … et une absence de paie pour les personnels ! Une situation dramatique qu’il fallait à tout prix éviter.

Le principe de précaution a donc été appliqué, sans doute à juste titre. Mais quelle impression désastreuse! Difficile de ne pas penser que le ministère se tire lui-même une balle dans le pied. Surtout que la paie de janvier s’accompagne d’une augmentation de la retenue pour la pension civile et, pour beaucoup de personnels, de l’application des nouveaux tarifs de la MGEN. Deux éléments qui n’ont rien à voir avec le ministère mais donnent l’impression que la hausse promise (à laquelle doit s’ajouter celle du point d’indice en février) s’est transformée en baisse sur la fiche de paie. Il n’y a pas mieux pour dérouler, au moins temporairement, le tapis rouge à tous ceux qui clament que tout va toujours plus mal, qui se complaisent dans les rhétoriques complotistes et hurlent sans cesse, contre toute logique, que l’accord PPCR ne constitue pas une revalorisation.

Le Sgen-CFDT étudie les politiques menées avec rigueur et sans a priori idéologique. Il se montre critique quand il estime qu’elles ne vont pas dans le bon sens. Mais il sait aussi reconnaître les avancées obtenues. Il va sans dire que de tels contre-temps, conséquences de décennies de sous-investissement dans des secteurs clés du ministère, rendent sa tâche bien difficile face aux porteurs d’apocalypse et de post-vérité qui surfent sans vergogne sur les inquiétudes des collègues. Notre agacement en cette fin janvier est donc grand. Mais nous tenons à rappeler que la revalorisation annoncée aura bien lieu… avec un peu de retard.

ImprimerE-mail

Rentrée 2017 dans l'académie de Créteil : analyses et revendications du Sgen-CFDT

Rentrée 2017 : un effort inédit.

En effet, à l’augmentation significative du nombre d’élèves tant dans le premier que dans le second degré, correspond un effort important quant aux créations de postes :

- 750 postes créés dans le premier degré dont 500 pour la Seine-Saint-Denis, 160 pour le Val-de-Marne, 90 pour la Seine-et-Marne en corrélation avec les réalités sociales de ces territoires et avec un rééquilibrage du P/E en faveur de la Seine et Marne.

- 560 postes créés dans le second degré avec un H/E qui ne se dégrade pas et élément important qui prouve l’importance de cet effort : la baisse, enfin, de la part des HSA/IMP par rapport aux heures postes.

Quant aux autres catégories de personnels, quelques bonnes nouvelles là aussi!

Réjouissons-nous :

- de la création des 15 postes de CPE pouvant ainsi permettre la satisfaction de demandes locales légitimes

- de la création de postes de personnel infirmier.

- d’un équilibre entre la création des postes administratifs en EPLE et dans les services.


Deux bémols !

- l’absence de création de postes d’ASSED. Au moins faudrait-il revoir les règles du remplacement des ASSED en arrêt de longue durée en supprimant la durée de carence (actuellement de 21 jours) et en revenant au moins à un taux de 0,5 et non de 0,41 pour le remplacement d’un temps plein. En effet, certaines équipes de vie scolaire peuvent être fragilisées et donc le climat scolaire dégradé faute de moyens de remplacement conséquents.
- la fermeture de trois CIO en Seine Saint Denis alors qu’avec l’intersyndicale nous revendiquons aucune fermeture de CIO !

 Nos revendications pour l’avenir immédiat et sur le moyen terme :

lycées en éducation prioritaire : nous ne revendiquons pas de labellisation mais la prise en compte précise, dans leur dotation, au plus près des besoins, de la situation de ces 50 lycées parmi les moins favorisés.

formation et suivi des équipes : avec la fin du doublement, désormais à tous les niveaux du système, l’adaptation des équipes à ce changement de culture exige une formation. Le suivi et l’accompagnement pédagogique doivent devenir effectifs. L’AP mérite un effort de formation d’autant plus important qu’il a été le grand sacrifié des formations dispensées à tous les personnels. Cette exigence vaut bien sûr aussi pour la mise en place de la réforme des collèges.

- des moyens pour l’ESPÉ : nous sommes soucieux pour notre académie qui accueille des personnels stagiaires en grand nombre. Il faut leur garantir, à tous, une formation initiale. Il en va de la qualité du service public et de l’accompagnement indispensable des personnels dans leur entrée dans les métiers.

- écoute des personnels : le Sgen-CFDT partage l’audace et la philosophie des changements mais ces changements ne doivent pas mettre les personnels, notamment dans le premier degré et la voie professionnelle, dans la difficulté. Le Sgen-CFDT revendique une écoute accrue des collègues de l’académie.

- conditions de travail : la Refondation de l’Ecole dont nous partageons les objectifs ne doit pas, par précipitation, par manque de formation ou d’anticipation, dégrader les conditions de travail de l’ensemble de tous les personnels de notre académie.

ImprimerE-mail

1 310 postes de plus pour l'académie de Créteil

moyens supplémentaires ➤ Au programme du comité technique ministériel de l'Education nationale du 15 décembre 216, le sujet principal était la préparation de la rentrée scolaire 2017.
La Ministre, Najat Vallaud Belkacem, est venue elle-même présenter
● la répartition des créations d'emploi
● les priorités politiques pour leur utilisation dans les différents territoires.
Pour le Sgen-CFDT, cette répartition va dans le bon sens.
➤ En ce qui concerne notre académie, c'est  750 postes de plus dans le premier degré et 560 dans le second degré.

Evolution des effectifs du premier degré à la rentrée 2017 et variations des moyens d'enseignementLes priorités pour le premier degré 

Des postes en plus

Pour le Premier degré, ce sont 4.311 postes qui sont créés avec des priorités pour leurs affectations :
2.000 pour le dispositif "Plus de Maîtres que de Classe" (PDMQDC) et la scolarisation des enfants de moins de trois ans. C'est donc 100 % de l’Éducation Prioritaire qui sera couverte par des postes PDMQDC.
● 100 postes pour renforcer la mise en place des protocoles ruraux dans le cadre des Regroupements Pédagogiques.

Rééquilibrage social

Parallèlement à cela, la ministre a annoncé vouloir poursuivre le rééquilibrage social.
Comment ?  ➩ En mettant les postes là où les besoins en matière de mixité sociale nécessitent des enseignants en plus.
C'était une revendication du Sgen-CFDT lors de la redéfinition de la carte de l’Éducation Prioritaire !

Remplacements

Enfin pour le premier degré, le contingent de postes dédiés aux remplacements est augmenté de 1500 pour favoriser notamment les départs en formation continue.

La priorité pour le premier degré se poursuit donc.

Sous la mandature politique précédente des postes étaient supprimés alors que le nombre d'élèves augmentait.
Cette année, le nombre d'élèves scolarisés dans le premier degré diminue de 12658 mais les créations de postes se poursuivent pour permettre de mener des politiques éducatives ambitieuses pour tous les élèves et pour améliorer les conditions de travail des personnels.

Evolution des effectifs du second degré à la rentrée 2017 et variations des moyens d'enseignementAnnonces dans le second degré, aussi

Éviter une nouvelle augmentation du nombre moyen d'élèves par classe

4.400 postes sont créés pour pallier la hausse démographique des élèves puisque 41.650 élèves de plus sont attendus dans le second degré en septembre 2017 au niveau national. Il s'agit donc d'éviter une nouvelle augmentation du nombre moyen d'élèves par classe, en particulier dans les lycées.

Éducation Prioritaire ?

Parmi ces nouveaux postes, 450 postes sont destinés à permettre de donner plus de moyens aux lycées professionnels et aux lycées les plus défavorisés. Ils seront affectés en fonction des caractéristiques du public accueilli. De quoi, favoriser un dispositif dont le Sgen-CFDT est à l'origine, même si nous regrettons la non définition d'une vraie politique d'éducation prioritaire en lycée.

Lycées Professionnels et Collèges

Les créations de postes doivent aussi bénéficier
● aux lycées professionnels dans le cadre du plan 500 formations
● aux collèges en augmentant la marge horaire disponible pour que les équipes puissent mettre en œuvre leurs projets pédagogiques.

Faciliter la vie scolaire et le suivi administratif des établissements et des enseignants

CPE

250 postes de Conseiller Principal d’Éducation sont créés.
De quoi renforcer les équipes éducatives des établissements et permettre un meilleur suivi là où les besoins sont les plus importants. En effets, les établissements d'éducation prioritaire devraient être les premiers bénéficiaires de ces nouveaux postes.

Pôles administratifs

Les pôles administratifs sont être renforcés avec la création de 100 postes de personnels administratifs.
● 70 sont destinés aux équipes des EPLE
● 30 postes au projet informatique SIRHEN (système d'information des ressources humaines de l'éducation nationale).

Inspecteurs

La réforme de l'évaluation n'a pas été oubliée. Pour permettre un meilleur suivi des parcours des enseignants, la Ministre a confirmé la création de 50 postes d'IA-IPR.



Beaucoup de ces annonces répondent aux revendications que le Sgen-CFDT a portées en
● demandant plus de moyens là où c'est nécessaire
● soulignant la nécessité de donner les moyens de ses ambitions.

Un renforcement des postes pour la filière des "Santé Sociaux"

Enfin, la Ministre a annoncé lors de ce Comité Technique la création de
● 95 postes d'assistant·e·s de service social
● 100 postes d'infirmier·ère·s
● 5 postes de médecins scolaires.
Ces créations de postes vont permettre de
➤ renforcer la mise en place de l'école inclusive et accélérer la prise en charge des dossiers des enfants concernés.
➤ au quotidien, alléger le travail des personnels de la filière santé sociaux qui croulent sous les demandes.

École inclusive

Pour la prise en charge des enfants dans les classes, ce sont 1351 postes d'AESH qui sont créés.
Les équipes enseignantes dans les écoles et les établissements sont en attente de ces personnels tant les besoins sont importants.


Pour le Sgen-CFDT, l'école inclusive est une priorité nationale.
● Ces postes supplémentaires vont favoriser l'accueil de ces enfants.
● Il faudra cependant accompagner cela d'une formation pour les enseignant·e·s mais aussi pour les AESH car, la prise en charge d'un enfant en situation de handicap est l'affaire de tou·te·s.
Mais 1351 postes, cela ne suffit évidemment pas. Nous sommes encore loin des annonces de 60.000 ETP d'AESH sur 5 ans annoncées le 2 décembre 2016 à Nancy par la Ministre.
➩ Le Sgen-CFDT a demandé dans sa déclaration liminaire une dotation spécifique aux établissements de moyens d'accompagnement de la politique d'inclusion.

54 000 postes créés en 5 ans, une nécessité pour le système éducatif

Si l'on ajoute les annonces de ce CTMEN à la somme de postes créés au cours du quinquennat, on arrive à cette fameuse barre des 54 000 postes créés à l’Éducation nationale : c'était une nécessité pour le système éducatif.
Cela ne suffit pas à compenser les suppressions massives de postes de la mandature précédente.
Cependant, cela permet de prolonger la dynamique de la loi de Refondation, et cela donne corps à la priorité à l’Éducation.


Pour le Sgen-CFDT, ces créations de postes sont évidemment les bienvenues.
➤ La demande du Sgen-CFDT de renforcer les moyens dévolus à la formation continue et au remplacement a été entendue mais nous sommes encore loin du compte.
C'est principalement dans les zones d'éducation prioritaire que les moyens vont être plus nombreux, de quoi favoriser le dialogue entre les équipes.
 

ImprimerE-mail

A la une

Avril 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30